lundi 27 mai 2024

Le CICC pour plus de valeur-ajoutée au cajou dans les pays associés!!!

FR EN PT
  • qxif-facebook-square
  • qxif-twitter-square
  • qxif-youtube-square

La Guinée a adhéré au CICC et signé sa Convention constitutive le 29 septembre 2017 à Abidjan, à travers Monsieur Marc Yombouno, Ministre du Commerce. Après son adhésion, la Guinée a participé aux Sessions annuelles du Conseil des Ministres de l’Institution, sauf celle de Yaoundé, organisée en décembre 2021.

Actuellement, siègent au Conseil des Ministres au titre de la Guinée, conformément à la Convention constitutive de l’Institution, M. Mamoudou Nagnelen Barry, Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage et Madame Louopou Lamah, Ministre du Commerce, de l’Industrie et des PME.

Profil économique, social et environnemental

La Guinée est un pays de l’Afrique de l’Ouest d’une superficie de 245.860 km² pour un pourcentage de terres agricoles de 59%. La population est estimée en 2021 à 13.497.237 habitants pour une croissance démographique de 2,7%. Les PIB global et par habitant sont respectivement de 15,85 milliards USD et 1174,4 USD en 2021, selon la Banque Mondiale. La Guinée connait deux saisons : l'une sèche de novembre à mai et l'autre pluvieuse de mai à octobre. Les précipitations sont plus abondantes le long de la côte, où elles atteignent même 4 000 millimètres par an, alors qu'elles sont moins abondantes dans le nord et le nord-est, où elles dépassent de peu les 1.000 mm. Ainsi, le pays est divisé en quatre zones agroécologiques que sont la Guinée Maritime, la Moyenne Guinée, la Haute Guinée et la Guinée Forestière. Une bonne partie des trois premières zones serait propices à la culture fruitière de l’anacardier.

Secteur de cajou en bref

Ce n’est que dans les années 90 que la culture de l’anacarde a suscité l’engouement de quelques planteurs et exportateurs visant essentiellement les marchés des pays voisins comme la Guinée Bissau et la Côte d’Ivoire. Les plantations de cajou sont réparties essentiellement dans deux zones de production: la Haute Guinée (Kankan, Siguiri, Mandiana, Dabola-Kouroussa), dans des régions frontalières de la Côte d’Ivoire et la Guinée Maritime (Boké) dans une région frontalière de la Guinée-Bissau. La plupart des zones situées sur un croissant qui part de ces deux extrêmes et se poursuit vers la frontière avec la Côte d’Ivoire en Haute Guinée conviennent également à la culture de l’anacardier. Ce qui représente environ 2 millions d’hectares constituant un atout pour le développement à grande échelle de cette culture. Au regard de l’importance de l’anacarde pour l’économie et la réduction de pauvreté en Guinée, des initiatives ont été prises par le Gouvernement pour promouvoir les différentes chaines de valeur du produit. On estime les superficies couvertes par les plantations d’anacarde en Guinée à environ de 200.000 hectares pour une production d’environ 60.000 tonnes en 2019 avec 150.000 producteurs engagés. Les rendements moyens demeurent faibles, entre 300 à 350 kg par hectare. La transformation de noix de cajou en Guinée reste marginale et réalisée par quelques entreprises, notamment à Boké et Kankan pour un volume cumulé de moins de 5% de la production locale.

Organisation du secteur

En guinée, Il n’existe pas d’autorité de régulation ou de gouvernance du secteur de cajou. Ce dernier est principalement porté d’une part, par le ministère en charge de l’agriculture pour les aspects de production et d’autre part, par celui en charge du commerce et de l’industrie pour les questions de transformation et de la commercialisation. Les acteurs privés agissant dans le secteur sont regroupés Interprofession de la filière anacarde de Guinée (IFA-Guinée) constituée des faitières de producteurs organisés en Fédération Nationale des Planteurs d’anacarde de Guinée, de transformateurs, de commerçants, et d’exportateurs structurés en Association Guinéenne des exportateurs de l’anacarde. l’IFA-Guinée s’est positionnée pour être l’interlocuteur de l’ensemble des acteurs de la filière auprès de l’Etat et participer à la conception, la mise en œuvre et le suivi de la politique de promotion du secteur visant à augmenter et à sécuriser les revenus des acteurs de la filière. Des faitières à l’interprofession, le niveau d’opérationnalisation semble encore faible pour positivement et durablement influencer le secteur.

Mesures incitatives de promotion du Cajou

Pour promouvoir durablement le secteur du cajou, la Guinée a initié des mesures qui restent limitées à la production, dont notamment:

  • Le plan de relance de la production de l’anacarde en Guinée, 2013 – 2015 (440 000 ha mise en valeur);
  • La fixation du prix plancher à 5 000 GNF;
  • L'appui à la Valorisation et la Commercialisation des produits de la filière anacarde en Guinée;
  • La distribution gratuite de 500 tonnes de semences d’Anacarde aux paysans;
  • La mise en place d’une initiative présidentielle dénommée « fonds d’appui au secteur de l’anacarde » (2020).

Projets et programmes de promotion de cajou

Projets & Programmes

Période exécution

Sources Financement

Domaines intervention

Institution d’exécution

Budget estimatif (USD)

Projet d’appui à la transformation de l’agriculture guinéenne et de l’entreprenariat agricole des jeunes

(PATAG EAJ)

2016-2018

BAD

Transformation de l’agriculture

Programme

d’appui aux acteurs des filières agricoles

(PNAAFA)

2014-2019

FIDA

Amélioration de la sécurité alimentaire

40,06 millions d'USD

Projet d’Appui au Développement Rural de la Haute Guinée (PADER-HG)

2000-2010

Fonds Africain de Développement

Améliorer la production agricole

Ministry of Agriculture and Livestock

Projet d’appui à la sécurité alimentaire (PASAL)

2000-2004

Fonds Africain de Développement

Augmenter la production agricole et les revenus des paysans dans la préfecture de Kindia

ORG. DES NAT. UNIES POUR L'ALIM. ET L'AGRICULTUR

Mise en œuvre du projet visant l’amélioration de la compétitivité de la chaîne de valeur de la noix de cajou ND ND

Production

Transformation

Commerce

ND ND

Institutions et personnes représentant le CICC

La Guinée est représentée au CICC par :

  • Le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage. Point Focal : Mme Saran CAMARA, Directrice du Service National du Conditionnement des Produits Agricoles; mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Le Ministère du Commerce, de l’Industrie et des PME. Point Focal : En attente de désignation

Localisation géographique de la production du cajou

gu