samedi 15 juin 2024

Le CICC pour plus de valeur-ajoutée au cajou dans les pays associés!!!

FR EN PT
  • qxif-facebook-square
  • qxif-twitter-square
  • qxif-youtube-square

Le Sénégal est membre signataire de la Convention constitutive du CICC le 16 novembre 2016 à Abidjan, à travers Monsieur Mamadou DIOP, Secrétaire Général du Ministère du Commerce, de l’Industrie et des Mines du Sénégal.

Actuellement, siègent au Conseil des Ministres au titre du Sénégal, conformément à la Convention constitutive de l’Institution, M. Aly Ngouille Ndiaye, Ministre de l’Agriculture,

de l’Equipement Rural et de la Souveraineté Alimentaire et M. Moustapha Diop, Ministre du Développement Industriel  et des Petites  et Moyennes Industries.

Profil économique, social et environnemental

Le Sénégal est un pays de l’Afrique de l’Ouest, d’une superficie de 196.710 km² pour un pourcentage de terres agricoles de 46,1%. La population est estimée en 2021 à 17.196.308 habitants pour une croissance démographique de 2,7%. Les PIB global et par habitant sont respectivement de 27,04 milliards $ et 1 606,5$ en 2021, selon la Banque Mondiale. Le Sénégal connaît deux saisons. La saison sèche dure de novembre à juin. La température journalière oscille en cette période entre 22 et 30°C, avec des variations importantes entre le littoral et l’intérieur. La saison des pluies, ou hivernage, court de juillet à novembre avec les mois les plus chauds ayant des températures entre 27 et 38 degrés Celsius.

Secteur de cajou en bref

Le cajou est produit dans quatre (04) régions, dont trois (03) de la Casamance au Sénégal à savoir Kolda, Ziguinchor, Sédhiou (45% de la production) et la région de Fatick. Le secteur agricole occupe une place importante dans l’économie sénégalaise en représentant 17% du PIB en 2020 selon la Banque mondiale. Elle contribue à l’amélioration des conditions d’existence des populations locales. Il fait l’objet d’attention du Gouvernement et des acteurs, ce qui a abouti à une augmentation conséquente des surfaces cultivées et de la production au cours de ces trois dernières décennies avec des perspectives de croissance très positives. Les superficies couvertes par les plantations de cajou au Senegal sont estimées à plus de 300.000 hectares en 2023 avec un nombre de producteurs estimé à 135.000 dont 2% de femmes. Entre 2009 et 2023 la production est passée de 25.000 tonnes à   85.000 tonnes. Bien que les noix produites dans le pays soient de très bonne qualité (KOR 50), les rendements moyens demeurent faibles, entre 300 et 350 kg par hectare. Les unités de transformation de taille variable installées pour une capacité cumulée en 2022 de  3.400 tonnes/an  de noix brutes avec un taux utilisation de 30 %. Les exportations sont passées de 56.000 tonnes en 2017 à 97.962 tonnes en 2023 correspondant à une valeur financière globale de près de 66.708.913.925 FCFA.

Organisation du secteur

Au Sénégal, la gouvernance de la filière cajou est du ressort de l’Interprofession. Les aspects liés au pilotage et à la régulation sont principalement portés, par le Ministère en charge de l’Agriculture pour les aspects de production, d’une part, et par les Ministères en charge de l’Industrie et du Commerce, pour les questions de transformation et de commercialisation, d’autre part. Dans le Plan Sénégal Emergent (PSE) qui est le référentiel en matière de politique de développement économique et social, le cajou est retenu comme filière prioritaire dans le cadre de la promotion des zones de transformation agro-industrielles (projet Agropole Sud). Il est visé à travers ce projet une augmentation de la production de 40% et du taux de transformation de 5 à 30%. Les principaux acteurs de la filière sont regroupés autour de l’Interprofession Cajou du Sénégal (ICAS) mise en place le 28 août 2021 sous la présidence du Ministre chargé de l’agriculture d’alors, Pr Moussa Baldé. Elle est constituée des associations de producteurs, transformateurs et commerçants dont notamment FADECBA, Baluh- na, AJAC lukal, CPA coumbacara, FPPA (Fatick- Kaolack), FAMVI, Ethicajou, Deli cajou, CAC anacarde, Fédération Régionale des GIE de femmes transformatrices d’Anacarde du Sine Saloum, GIE Fass diom de Thiénaba.

Mesures incitatives de promotion du Cajou

Au Sénégal, les mesures du Gouvernement pour promouvoir le cajou concernent :

  • Les infrastructures, notamment le dragage du port pour l’exportation du Cajou par voie maritime via Ziguinchor (Casamance) avec le Conseil sénégalais des chargeurs (COSEC) ;
  • Les actes réglementaires ministériels d’incitation pour faciliter le commerce du cajou ;
  • La mise en place des Zones de Transformation Agro– industrielles (PZTA ou Agropole Sud) qui cible les filières anacardes et mangues en Casamance pour un montant de 57,56 milliards FCFA d’investissements publics et 103 milliards FCFA d’investissements privés attendus.
  • Le financement de la chaîne de valeur anacarde par la DER/FJ (19,36 milliards FCFA en 2021) ;
  • La mise en place, à travers la loi 2017-29 du 14 juillet 2017, du Système de récépissé d'entrepôt de marchandises au Sénégal (SRE) dont les objectifs sont entre autres, de lutter contre les pertes post-récoltes avec des tests sur la commercialisation de la noix de cajou dans les régions de Kolda, Ziguinchor et Sédhiou ;
  • L’adoption en Conseil des Ministres du 09 novembre 2022 du décret portant création et fixant les règles d’organisation et de fonctionnement du Conseil national consultatif du Cajou;
  • Le plan Sénégal Emergent (PSE), référentiel politique national, a choisi le Cajou comme filière prioritaire par la promotion des zones de transformation agro-industrielles (Agropole Sud) pour une augmentation de la production de 40% et du taux de transformation de 5 à 30% ;
  • La Loi d’Orientation Agro-Sylvo-Pastorale (LOASP, 2004) et le Décret 2008-1260 : mise en place ICAS lors de l’AGC du 28 août 2021 ;
  • L'infrastructure, Logistique et Transport : Dragage du port et Exportation du Cajou par voie maritime via Ziguinchor (Casamance) avec le COSEC ;
  • La réglementation : Actes réglementaires (ministériels) d’incitations pour faciliter le commerce du cajou.

Projets et programmes de promotion de cajou

Plusieurs structures, projets et programmes appuient la filière :

ANPDI, AVSF, FNDASP, AGROPOLE-SUD, PACAS, DER/FJ, LBA, BNDE, CMS, ORABANK, ECOBANK, AVANS, SHELTER FOR LIFE, DEFCCS, GREEN SENEGAL, AFAO, ISRA, ITA, ANCAR, USAID, etc.

Projets & Programmes

Période exécution

Sources Financement

Domaines intervention

Institution d’exécution

Budget estimatif (USD)

Agropole- Sud

2021- 2025

BAD

BID

État du Sénégal

Production

Transformation

Commercialisation

Structuration de la chaîne de valeur

Ministère de l’Industrie

57,56 milliards

Projet d’Appui à Compétitive de l’Anacarde au Sénégal (PACAS)

2022-2025

État du Sénégal

Production

Transformation

Ministère du commerce

1,6 milliards

Projet d’Appui à la Compétitivité́ de l’Anacarde Sénégalaise  (PACAS) pour une amélioration de la qualité́ de vie des acteurs de la filière anacarde. ND  

Production

Transformation

Commercialisation

   

Institutions et personnes représentant le CICC

Le Sénégal est représenté au CICC par :

  • Le Ministère de l’Agriculture et de l’Equipement Rural avec M. Jean Charles FAYE, Directeur Exécutif du Fonds National de Développement Agro-Sylvo-Pastoral (FNDASP), mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Téléphone : +221 77 740 83 13
  • Le Ministère du Développement Industriel et des Petites et Moyennes Industries avec M. M. Amadou Sarr DIOP, Directeur des Petites et Moyennes Industries, , mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Téléphone +221 775788303.

Localisation géographique de la production du cajou

se